accueil > paul cézanne > ses périodes


1862 – 1872 : Période « couillarde »

Pendant ces dix premières années, Cézanne alterne ses séjours entre Aix et Paris. Lorsqu’il est à Paris, il fréquente assidument le Louvre où il forge son goût artistique. Deux artistes français ont plus particulièrement ses faveurs : Delacroix et Courbet. Cézanne peint alors en pleine pâte à l’aide de couteaux à peindre. Ses couleurs sont sombres, ses toiles saturées de peinture. Pendant la guerre franco-prussienne, en 1870, Cézanne se cache à l’Estaque, près de Marseille pour échapper à la mobilisation, en compagnie de celle qui depuis 1869, lui sert souvent de modèle : Hortense Fiquet. De cette rencontre naîtra un fils, Paul, en 1872, mais Cézanne n’épousera Hortense qu’en 1886, soit quatorze années plus tard.

1862 : Il quitte la banque paternelle et retourne à Paris (novembre).
1863 : Il expose au salon des Refusés, il travaille à l’académie Suisse où il rencontre souvent Pissaro, Guillaumin, Guillemet, et Oller et il copie au musée du Louvre.
1864 : Il est refusé au Salon et le sera à nouveau au cours des années suivantes. Il séjourne à l’Estaque près de Marseille.
1865 : Après avoir passé l’année à Paris où il a été refusé au Salon, il retourne l’été à Aix où il se lie avec Valabrègue, Marion et le musicien allemand Morstatt.
1866 : A Aix, en automne, Cézanne exécute au couteau toute une série de peintures (natures mortes et portraits).
1869 : Il rencontre Hortense Fiquet à Paris, qui devient sa compagne.
1870 : Pendant la guerre franco-prussienne, il se réfugie à l’Estaque.

1872 – 1883 : Période « impressionniste »

Cézanne peint aux côtés de Pissarro et les deux artistes s’influencent mutuellement. Pendant cette période qui durera onze ans, Cézanne peint souvent à Auvers-sur-Oise où il s’installe pour un temps avec Hortense et le petit Paul. Plantant son chevalet sur les bords de l’Oise ou de la Seine, dans la campagne autour de Paris, Cézanne fait l’apprentissage de la peinture en plein air. Sa palette s’éclaircit. Sa touche devient plus fine et plus précise. En 1874 et 1877, il expose avec les impressionnistes. En dehors de quelques amateurs, comme Victor Choquet que Cézanne rencontre en 1875, l’immense majorité du public, qu’il soit Parisien ou Aixois, ne comprend pas la peinture de Cézanne et se moque de son travail. Après un long séjour à Melun en 1879, Cézanne revient en Provence et reçoit en 1882, la visite de Renoir à l’Estaque. Cette même année, il expose pour la seule fois au Salon grâce à l’entremise de Guillemet. En 1883, il sillonne la Provence en compagnie de Monticelli et reçoit la visite de Renoir et de Monet.

1872 : Naissance de Paul, fils de l’artiste et d’Hortense.
1874-77 : Il participe à la première et à la troisième exposition impressionniste.
1882 : Il est admis au Salon pour la seule fois de sa carrière.

1883 – 1895 : Période « constructive »

Cette nouvelle période de douze ans est celle de la maturité. L’artiste gagne en sérénité mais l’homme est troublé. En 1885, une aventure sentimentale le perturbe. En 1886, il rompt avec son ami d’enfance Emile Zola suite à la publication du roman « L’œuvre ». Cézanne s’est reconnu dans le personnage de Claude Lantier, artiste raté, génie avorté qui, impuissant à créer, finit par se suicider. Cette même année, son père meurt lui laissant une fortune importante. Il expose à Bruxelles en 1887 avec le groupe des XX, puis à la Décennale en 1889. En 1892, il séjourne à Fontainebleau et en 1894, à Giverny, chez Monet, où il rencontre Gustave Geoffroy, Clémenceau et Rodin.

1883 : Il rencontre Monet et Renoir dans le Midi.
1886 : A la suite de la publication de L’Oeuvre de Zola, Cézanne rompt avec son ancien camarade du collège Bourbon. Il épouse Hortense (avril). Mort du père de l’artiste (octobre).
1887 : Cézanne loue une pièce au Château Noir dans la cour du pistachier.

1895 – 1906 : Période « synthétique »

Dans cette dernière période de onze ans, sa peinture devient plus mouvementée, ses formes plus floues.
En 1895, l’exposition que Vollard organise dans sa galerie à Paris assied la réputation de Cézanne auprès de jeunes artistes et de quelques amateurs. En 1896, après une cure à Vichy, il séjourne sur le lac d’Annecy. Cette même année, il se lie d’amitié avec le jeune poète aixois, Joachim Gasquet. Sa mère décède en 1897. En 1899, l’année de la vente du Jas de Bouffan, Cézanne expose trois toiles au salon des Indépendants. Sa renommée devient internationale. Les musées de Berlin et d’Essen lui achètent des œuvres. Dans une toile intitulée « Hommage à Cézanne », Maurice Denis groupe autour de lui quelques jeunes peintres et admirateurs : Maurice Denis, Odilon Redon, Roussel, Sérusier, Vuillard.
En 1902, la mort de Zola l’affecte profondément. En 1904 et 1905, il expose au Salon d’automne. Son œuvre est enfin consacrée.
Le 15 octobre 1906, surpris par un orage alors qu’il peint dans la campagne aixoise le « cabanon de Jourdan », il est frappé de congestion. Il meurt le 23 octobre 1906, un an après l’apparition du fauvisme, deux ans avant celle du cubisme, quatre ans avant la première peinture abstraite.

1895 : Depuis Aix, Cézanne se rend à la montagne Sainte Victoire et aux carrières de Bibémus où il loue un cabanon. Le marchand Vollard organise dans sa galerie la première exposition individuelle consacrée à Cézanne (novembre).
1897 : Cézanne travaille au Tholonet et aux carrières de Bibémus. Mort de la mère de l’artiste (25 octobre).
1899 : Après la vente du Jas de Bouffan, Cézanne ne parvient pas à acquérir le domaine de Château Noir. Il expose des peintures au Salon des Indépendants. Il emménage au 23 de la rue Boulegon.
1899 : Le peintre achète un terrain sur le chemin des Lauves dominant Aix pour y établir son atelier.
1902 : Ambroise Vollard rend visite à Cézanne à Aix. Le peintre apprend avec tristesse la mort de Zola.
1904 : Cézanne reçoit à Aix les visites d’Emile Bernard et de Charles Camoin.
1905 : Cézanne expose des œuvres au Salon d’Automne.
1906 : Cézanne s’éteint à Aix (23 octobre) dans son appartement de la rue Boulegon.
1907 : Le Salon d’Automne consacre à Cézanne une rétrospective posthume où sont présentées 56 œuvres de l’artiste.